Si t’es radieux(se), vas à Marseille !

Structure béton Cité Radieuse Le Corbusier à Marseille

Destination Marseille pour l’une de mes pérégrinations estivales de photographe passionné d’architecture avec, pour commencer, un petit pèlerinage à la Cité Radieuse de l’architecte Le Corbusier.

La période actuelle permet au photographe d’architecture et du patrimoine que je suis de visiter des constructions souvent quasi désertées par les touristes mais la contre-partie c’est qu’une partie de ces lieux restent encore fermés.
Il ne m’a donc pas été possible, en ce mois d’août 2020, de visiter l’école située à l’avant-dernier étage de la cité radieuse ni le Gymnase dans lequel se trouve le Mamo, le centre d’art situé à l’intérieur du gymnase, sur le toit du bâtiment.
Heureusement, j’avais eu l’occasion, par le passé, de visiter l’école de l’unité d’habitation de Firminy.

L’unité d’habitation par Le Corbusier

La Cité Radieuse de l'architecte Le Corbusier à Marseille

Après la Seconde Guerre mondiale, la France a eu besoin de reconstruire rapidement des villes nouvelles et des habitations avec des logements sociaux.
L’État français passa donc commande, auprès d’architectes comme Le Corbusier, de la construction de logements destinés à des familles modestes et de classe moyenne.
Ces familles allaient découvrir pour la majorité d’entre elles la cuisine intégrée et la salle de bains !

Pour l’architecte, l’amélioration du cadre de vie, l’optimisation des coûts de construction ainsi que l’intégration d’espaces d’agrément ou de service comme des commerces ou des équipements communs faisait sens.
Il s’agissait aussi d’augmenter les dimensions des habitations afin d’y loger beaucoup de familles et de les intégrer dans des espaces vert.

La cité radieuse de Marseille, terminée en 1952, fait partie des 5 «  unités d’habitation de grandeur conforme », selon les termes de Le Corbusier, qui ont été construites durant les années 50 et 60, comme la Maison Radieuse de Rezé en 1955 et les unités d’habitation de Berlin en 1957, de Briey en 1961 et de Firminy-Vert en 1967 (après le décès de l’architecte).

La Cité Radieuse de Marseille

Cheminee en béton à la Cité Radieuse

Il s’agit d’une “unité d’habitation” de 18 étages de 56m de haut surmonté d’une tour et d’une grande cheminée “de bateau”.
Le bâtiment mesure 137m de long par 24m de large et comprend 337 appartements en duplex.
A chaque étage un couloir très large est surnommé “rue centrale”.

Au niveau de la construction, la répétition d’éléments en béton brut génère une certaine forme d’austérité et participe au courant architectural du Brutalisme dont Le Corbusier est l’initiateur.

La cité radieuse de Marseille, à la différence d’autres unités d’habitation réalisées par le Corbusier, possède à mi-hauteur du bâtiment une rue centrale avec des commerces (librairie, pâtisserie), un hôtel et un restaurant ainsi qu’une crèche.
L’immeuble à perdu de sa vocation sociale et attire désormais plutôt une population de cadres supérieurs ou de professions intellectuelles.

Aujourd’hui, la cité radieuse est un site classé par l’UNESCO et fait partie du patrimoine architectural français.

École et toit

Vue du toit de la Cité Radieuse de Marseille

L’avant dernier étage de l’immeuble accueille une école.
Au dessus, un toit terrasse abrite des équipements publics et son accès est toujours possible même si une grande partie est privative.
On y trouve, par exemple, une pataugeoire pour enfants et une piste d’athlétisme !

Vue sur le toit de la Cité Radieuse

L’ancien gymnase à été transformé en un espace de création artistique d’expositions temporaires chapeauté par le designer Ira Ito.

Vue du gymnase hébergeant le Mamo sur le toit de la Cité Radieuse

Étrange idée

Une cour de récréation d’école maternelle sur le toit d’un bâtiment de 18 étages ?
De quoi mériter, pour la Cité Radieuse de Le Corbusier, son surnom Marseillais de « la maison du fada ».

La cité idéale, de fascisante… à fascinante

Détail de structure en béton de la Cité Radieuse

Utopie urbanistique, l’architecture des unités d’habitation de Le Corbusier est l’héritière du vieux concept de la Cité idéale et est basée sur des préceptes moraux et politiques qui vise à la perfection architecturale et le bien-être humain en lien avec son espace vital. Cette vision imposée d’un monde idéal et d’une vie communautaire et sécuritaire à l’intérieur d’une construction s’est avérée un peu inadaptée à notre monde moderne et à notre soif de liberté, mais découvrir cette architecture conceptuelle jusqu’au moindre détail reste quelque chose de fascinant.

En ce début de XXIème siècle, nous commençons à comprendre que notre monde risque de devenir aussi inhospitalier qu’une planète lambda, il est donc fort possible que les architectes du futur aient à travailler aussi sur des formes de cités idéales.

Le Modulor

Représentation du Modulor par Le Corbusier

En 1945 Le Corbusier met au point son concept architectural surnommé Modulor, une sorte d’unité de mesure basée sur l’association du terme “module” et du nombre d’or qui prend la forme d’une silhouette humaine.

Une façon standardisée et, il faut le dire, un peu contraignante de concevoir l’architecture, comme le mobilier à l’intérieur des ses habitations.
Le Modulor est donc le couteau multi-fonction de l’architecte Le Corbusier, qui sert, entre autres, de gabarit pour déterminer la hauteur sous plafond.

Modulor Le Corbusier en bas relief dans le béton

Il apparait aussi souvent comme un élément de décor sous la forme de bas relief dans la façade en béton et en plusieurs autres endroits de l’unité d’habitation.

Le Corbusier avait l’ambition de créer avec son Modulor un nouveau système de mesure pouvant remplacer tout simplement le système métrique !
Un bien grand et curieux dessein…

Avec cette idée d’homme étalon, il est difficile de ne pas faire de rapprochement avec certaines sociétés dictatoriales où le corps de l’homme était lui aussi sacralisé.

Le « Ra-Dieu » Le Corbusier, avec son approche extrême et religieuse de l’architecture est vénéré, à juste titre, par beaucoup d’architectes.
Il n’est pas étonnant qu’il ait pu séduire des communautés religieuses et que celles-ci lui aient confiées des projets de constructions d’églises comme, par exemple, l’église du Couvent de la Tourette.


Pour ce qui me concerne, comme simple photographe parcourant les rues, en plus de l’architecture, je m’intéresse plutôt à la diversité des êtres humains, ce qui m’amène à terminer cette session photo par ma seule rencontre faite sur le toit le la Cité Radieuse avec un habitant de l’immeuble qui m’aura donc servi, à mon corps défendant, de Modulor.
Vous n’avez plus qu’à imaginer qu’il se lève, tende le bras pour vous permettre de mesurer les dimensions du bâtiment et rentrer ainsi dans la tête du corbu.

Vue recadrée sur la pataugeoire au sommet de la Cité Radieuse