La Défense, ès bétons

Architecture brutaliste à Paris la Défense

L’architecture brutaliste à connu ses architectes stars, dont certains ont eu l’occasion de « brutaliser » un peu Paris comme Le Corbusier, Marcel Breuer, ou encore Jacques Kalisz.
Quelques architectes parisiens ont, à leur tour, essaimé des constructions de béton brut dans Paris intramuros ainsi que dans quelques villes en périphérie.
Vous aurez l’occasion de croiser certains de ces architectes brutalistes dans ce blog au fil du temps mais pour aujourd’hui, place à la défense !

Le béton, le brut et les truelles
En France, à partir des années 50 le béton est devenu la matière première de beaucoup d’architectes.
Son emploi généralisé à permis la reconstruction rapide de nombreux logements dans l’après-guerre grâce à des procédés mécanisés comme la préfabrication par moulage de pièces en béton armé puis leur assemblage sur chantier.
L’emploi du béton assemblé à permis de développer une organisation rationnelle des chantiers de constructions ainsi que de faire des économie d’échelle dans tout le secteur de la construction.

Coffrages à La Défense

Architecture de béton dans le quartier de la Défense à Paris

Le quartier de la Défense n’a pas échappé à la tendance architecturale du brutalisme à partir des années 1960 pour la création de logements d’habitation et on trouve encore aujourd’hui quelques spécimens d’architecture brutaliste, dont deux barres d’immeubles auxquelles je me suis attaché à rendre hommage dans cet extrait d’un reportage photographique.

Un coup de barre, et ça repart

En arrivant dans le quartier de la défense par les quais de Seine, au milieu des tours de bureaux, une immense barre d’immeubles d’habitation, aux façades recouvertes de panneaux de béton préfabriqué, semble troller l’architecture de verre plus « futuriste » du reste de l’esplanade de La Défense.

Les 4 bâtiments, en gradins sur le front de Seine, composent un ensemble architectural brutaliste qui est l’œuvre des architectes Jacques Binoux et Michel Folliasson.

Les damiers, immeuble brutaliste au cœur des tours de la Défense à Paris

J’ai essayé dans cette photographie d’harmoniser la juxtaposition, tout en verticalité, de ces différents styles d’architectures en plaçant l’immeuble brutaliste au premier plan.
La composition photographique multi-architectures en plan serré est un peu mon dada instagramesque même si je peux être plus concentré sur un sujet comme dans la suite de cet article.

Tetris d’architectes

Tetris d'architectes brutalistes

Les formes découpées sur les cotés ne sont pas sans évoquer, pour un esprit bien tourné, des pièces d’un jeu de Tetris.

Sur près de 25 000 m2, les façades sont recouvertes de panneaux de béton préfabriqués avec des motifs circulaires.
Ils sont à l’origine du nom des Damiers donné cet ensemble d’immeubles brutalistes.

Pilules dorées au soleil

Balcons & façade des Damiers, immeubles brutalistes à La Défense

Selon l’heure de la journée, le béton vieilli peut désormais se dorer au soleil alors que sa fin approche…

Les Damiers en échec

Immeubles brutalistes les Damiers dans le quartier de la Défense

Érigés en 1974, ces Damiers sont voués à présent à la destruction car l’architecture brutaliste, pourtant redevenue à la mode, ne suscite pas vraiment l’intérêt des politiques ni, semble-t-il, celui des conservateurs de notre patrimoine architectural français.

En d’autres temps, il s’agissait d’une véritable citadelle de logements sociaux campée sur ses 2400 places de parking et avec une vue imprenable sur la capitale !

En cours de désamiantage, ces constructions vont être remplacées par 2 tours « Hermitage Plaza » conçues par l’architecte Norman Foster pour le groupe Hermitage.

Retour à la case départ

C’est en faisant le tour de ces immeubles que le photographe d’architecture peut découvrir de nouveaux points de vue et boucler son reportage.

Vue arrière des immeubles des Damiers à Paris La Défense

L’architecture brutaliste à pu tourner rond jusque dans les années 70 à la Défense.

Luminaires et façade des damiers à la Défense

Les luminaires rétro futuristes en demi-sphère du mobilier urbain s’harmonisent parfaitement avec les formes rondes sur les façades des Damiers.

Vision brute de décoffrages

Façade de l'immeuble brutaliste Vision 80 à Paris la Défense

A l’abordage de l’esplanade

Parmi les constructions qui bordent la grande esplanade de la Défense on trouve, au milieu des tours, un sorte de vaisseau tout en béton armé, la Résidence Vision 80, un ensemble d’habitations construit en 1973.
Les deux immeubles brutalistes qui la constitue sont l’œuvre des architectes Jean-Pierre Jouve, Andreï Frieschlander et Charles Mamfredos.

L’ensemble architectural est en forme de L et comporte un immeuble de 7 étages de haut le long de l’esplanade de la défense ainsi qu’une tour perpendiculaire de 15 étages.

Immeuble brutaliste Vision 80 à la Défense

On est bien ici dans l’esprit de l’architecture de Le Corbusier avec ces deux bâtiments montés sur pilotis qui laissent le sous bassement ouvert aux passages piétons. Comme souvent dans l’architecture brutaliste, on trouve aussi sur les parties basses des traces des planches de bois ayant servies aux coffrages.
Des jardins sont aménagés sur les toits et on retrouve, comme dans les unités d’habitation de Le Corbusier, une rue à l’intérieur du bâtiment.

Passerelles de débarquement

Passerelle brutaliste du Vision 80 à Paris la Défense

Plusieurs passerelles métalliques plaquées de lames d’aluminium de couleur vertes, évoquant par leur forme entièrement fermée des passerelles aéroportuaire, relient les escaliers extérieurs ou les deux barres d’immeubles entre elles comme vous pouvez le voir sur la photographie illustrant cet article.

En matière de béton

En photographie, le béton brut en très gros plan, même vieilli et jauni, se suffit souvent à lui même pourtant je préfère parfois le désaturer (même si je ne l’ai pas fait ici pour le Vision 80) afin de le rapprocher de sa couleur grise originelle.

Le noir et blanc, comme toujours, permet d’aller à l’essentiel et de traduire la force qui se dégage du matériau ou de la structure comme pour cette photographie d’un pilier éléphantesque supportant la barre de 15 étages.

Pilier en béton d'un immeuble brutaliste de la Défense

Comme il me reste beaucoup de matière photographique sur le quartier de la Défense, j’aurai l’occasion de revenir dans mon autre blog consacré à la photographie d’architecture sur d’autres constructions assimilable au brutalisme, comme le CNIT.